mardi 6 octobre 2020

La Grande Traversée ...de l'intérieur

Comme à son habitude, Boris nous fait partager son aventure, avec son style attachant et tellement sincère.

Voici mon récit, de l'obscurité a la lumière .....ou de l'enfer au paradis !!! 
Une saison particulière, avec ce qui se passe les préoccupations sont ailleurs qu'à organiser une course pour une bande de déjantés en basket !!
La forme est quand même là et bizarrement avec un peu moins d'entraînement et de sorties longues le début de saison est bon avec ma victoire sur la GTA66. 7 mois après, sans dossard reprendre un dossard sur un ultra autant dire que je suis dans un sacrée bordel entrain de résoudre une équation a 10 inconnues...mais a me sentir en forme autant essayer de faire quelque chose de pas trop mal et de mettre la capitale au centre de l'Ariège !! Et de ramener un bout de papier accroché a la ceinture d'un point A a un point B.
Prendre du plaisir et faire sa course avec envie c'est l'idée de départ après ce qui se passera pendant, on essaiera de bidouiller un petit truc avec les restes du frigo...
13h repas d'avant course tranquille, mais la tranquillité elle va prendre la poudre d'escampette, on reçoit un SMS en nous demandant de voir le mail de l'orga !! Bordel il est 13h on est à 1h de route du départ et on nous annonce que le départ est avancé de 2h donc a 15h30 !!! Ah la mon petit ce n'est plus la même.
Repas en sprint et habillage en fractionné, arrivée a Vernet il pleut comme jamais et le froid s'installe petit a petit.
Debrief, on comprend pourquoi le départ est avancé de 2h, la météo est une vraie catastrophe, pluie continue neige à partir de 1400m et température ressentit a -3° en altitude... bref une saison particulière une année particulière pour un départ très particulier, car une fois le debrief terminé, on nous dit c'est bon le départ est donné vous pouvez partir et qu'on a jusqu'à 17h30 pour prendre le départ !!!!  Oh putain c'est encore le bordel tout le monde se presse et je comprends vite qu'il va falloir courir contre nous même, on ne va même pas savoir comment on est positionné pendant la course...ça c'est difficile et ce n'est plus du tout la même course, la gestion n'est plus la même, sur un départ classique le principe est simple et mathématique quand on te double tu perds une place !! Mais la ??
Allez feu, avec mon compère Greg on décide de partir ensemble de réunir notre force et de s'entraider.
Départ de feu montée au cortalet sous le Canigou pluie et bien sûr neige vers 1400m...glagla
On rattrape dans la montée les 4 premiers du 170kms, Rouanet, Chavet, Guillon, Girondel !!!!! Des champions d'ultra tous dans une team élite .
On n'est pas sur la même course mais on va vite voir la différence de gestion entre le monde amateur et professionnel.
On approche du 1er ravito et la neige est bien au rdv, une bonne couche s'installe ainsi que le froid, je pense aux coureurs du 170 et du 120 qui vont passer derrière nous et ça ne va pas être un cadeau. D'ailleurs après une chute d'un coureur et le rapatriement par hélico la course sera déviée et définitivement arrêtée à cet endroit pour éviter une catastrophe.
Une nouvelle inconnu s'installe la gestion du froid maintenant et la dépense supplémentaire d'énergie pour combattre celui ci, on avait pas besoin de ça !! Mais va falloir faire avec.
Ça caille et après la neige une pluie qui te glace à ne pas pouvoir mettre une licorne dehors !! 
Me tarde déjà la 1er base de vie pour une révision complète.
21h Arles sur tech et donc changement complet des vêtements pour s'attaquer à la terrible montée du puit à glace, je ne m'arrête pas trop longtemps pour éviter que la tête cogite trop avec ce froid, de toute façon avec les restrictions sanitaires c'est le Bronx distance sociale, masque, ne pas trop s'approcher etc...ça me gonfle donc gaz avec toujours mon compère Greg.
Dans la montée on revient sur Girondel le 1er du 170 qui gère bien sa course à un rythme hallucinant  finalement on va courir en groupe de 5 personnes jusqu'à "las illas".
Le vainqueur du 120 revient sur nous à ce ravito et va vite s'envoler, impossible à suivre même sur cette partie roulante où on court à bonne allure sur ces pistes forestières qui arrivent a la 2eme base de vie du perthus.
Il fait encore bien nuit mais le temps est meilleur, changement rapide, soupe rapide, le plus dur nous attend. Il va falloir être costaud et rester sur un bon rythme si on veut garder notre place, d'ailleurs tout le monde nous dit 2 et 3eme mais pour moi le classement m'importe peu, penser un peu à autre chose qu'à une grippe qui paralyse le monde où l'obsession des médias a nous faire croire une catastrophe avec des chiffres...!!!bref je crois qu'il y a aussi des maladies qui font bien plus de ravage et des enfants qui meurent de faim !! 
Départ du perthus pour finir les 40 derniers km, 2 frontales ce rapprochent assez vite après 10kms, et surprise Guillon et Girondel nous double...stupeur, il était devant nous pourtant??? Désolé j'aurais dû rester avec vous finalement, me suis perdu nous dit Girondel...3 foulées plus loin plus personne !!!
 Ok on n'est vraiment pas dans la même catégorie !!machine !!
Je sens aussi que ça coince en montée pour mon compère Greg mais que ça va mieux sur le plat, allez faut tenir et s'aider pour finir ensemble, ça c'est sûr!
Col de l'ouillat et derrière grosse grosse descente interminable, put....mais c'est quoi ce truc ?! C'est dur ça, et c'est pas gentil.
Vallée heureuse / Lavail faut tenir le rythme surtout sur le plat, sinon ça va être long ces derniers kms, j'ai école lundi et j'ai pas fini mes devoirs !!!
Dernière montée a lavail puis descente à bloc vers Argelès, j'annonce à Greg que le dernier ravito je saute , pas d'arrêt au stand j'ai le plein donc feu !!!
Derniers kms ça sent très bon château Valmy, le port front de mer, arche !!! heureux d'avoir partagé cette aventure entre Ariégeois heureux d'en finir heureux de penser à autres choses, finish...on nous annonce 2 et 3 mais en attente des poursuivants, pour moi pas de classement car c'est une course un peu particulière une course de liberté sans masque n'y grippe, finalement pas une course mais plutôt une aventure.
Un grand merci à tous je ne sais pas si je mérite autant d'éloges, désolé j'ai pas pu trouver le vaccin en essayant de résoudre mon équation j'ai juste promené un bout de papier !!!
De grosses bises sans masque !!!! Atchoummmmm

Merci Boris pour ce partage qui nous fait vibrer.
Encore BRAVO champion ... sans oublié Greg.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire