mardi 4 février 2014

Forest et Grand-Brassac 2014

Ce week-end, c’était le retour à la compétition pour MCP.
Deux coureurs prenaient part au désormais traditionnel trail nocturne de la forêt de Bouconne autrement dénommé le Forest Trail.
Fabrice termine à une très belle 38eme place (une minute derrière son fils) sur le 11km.

Thierry, 25eme au scratch et surtout premier V2, sur le 18km. On le tient le premier podium MCP de l’année ! C’est vraiment un bel exploit Thierry car les plateaux sur les différentes courses étaient de premiers choix.


 Bravo messieurs l’année commence bien.

Plus au nord, dans le Périgord vert, Michel (je vais donc parler à la première personne) prenait part au Défi Trail de Grand Brassac.
Le concept est simple : une boucle de 22km et 800m de dénivelé positif agrémentée de passages dans des filets, des descentes style rappel le long de pentes lessivées par les pluies. 


Rajoutez à cela quelques belles ascensions le long de ces mêmes pentes, agrippées à des cordes sans lesquelles nous serions tous restés au pied de la difficulté. Cette boucle était à réaliser le plus grand nombre de fois possible en 24h non stop.


Je suis donc parti très prudemment, sachant que sur ce genre d’épreuve les premiers kilomètres servent davantage à se mettre en jambe qu’à creuser des écarts avec quiconque.
Bien m’en a pris car même si 800 m de dénivelé c’est loin d’être négligeable, la difficulté majeure de ce parcours allait résider dans la nature du sol. En effet, comme chacun a pu s’en rendre compte, nous sortons d’un épisode particulièrement pluvieux et le sol périgourdin est encore bien loin d’avoir tout digéré. C’est donc sur des sentiers saturés de boue et parfois même au sein de ruisseaux avec de l’eau jusqu’à mi-mollet que nous allions devoir courir (ou marcher) pendant deux tours de cadran.


J’ai donc géré au maximum mon effort en m’habillant de sec (les 10 premières heures s’étant couru sous la pluie) presque à chaque tour et surtout en m’alimentant régulièrement.
J’ai réussi à boucler un tour et demi de jour (le départ était donné à 14h) avant que l’obscurité vienne ajouter un peu de piment à une course qui pourtant n’en manquait vraiment pas. Il faut dire qu’au delà des difficultés, les panoramas et les paysages étaient d’une grande beauté.


Du coup, l’aspect ludique du parcours et la belle ambiance entre coureurs, permettaient d’enchaîner les tours (qui étaient chaque fois un peu plus long ;-) avec difficulté certes, mais surtout avec beaucoup de plaisir. Ma fidèle équipe (Agnès et Pablo, qui n’avaient pas le droit de m’assister d’une quelconque manière sous peine de disqualification) m’encourageait en de nombreux points jusqu’au couché du soleil. 


Au petit matin j’avais bouclé 4 tours, soit presque 89 km et 3200 m+. Les jambes (et les souliers) étaient un peu lourds mais le moral était bon car initialement j’avais placé l’objectif à 5 tours. Moral au beau fixe, d’autant plus que durant tout le parcours j’ai bénéficié d’une assistance (légale celle là) sous forme de SMS ou de coups de téléphones qui m’ont donné le sourire à chaque fois et du courage pour me remettre à courir lorsque je commençais à marcher un peu trop. Je ne remercierais jamais assez tous ces soutiens formidables qui font de ce genre d’épreuve des moments humains rares. Rien que pour cela je ne suis pas prêt d’arrêter !


Quelques heures plus tard, après avoir bouclé mon 5eme tour, j’ai décidé de reprendre le sentier pour mettre à profit les deux dernières heures pour engranger quelques kilomètres supplémentaires. Je dois bien reconnaître que la machine n’en pouvait plus beaucoup. Cela faisait 22h de course et quelques foulées à essayer d’extirper de la fange, des souliers qui pesaient un peu plus à chaque pas (je m’excuse d’ailleurs auprès des périgourdins, car j’ai bien du ramener deux kilos de boue en Ariège).


Heureusement, mon stand m’a alors passé un coup de fil pour me dire que j’étais dans les 20 premiers mais que des coureurs étaient justes derrières moi (merci le suivi GPS en ligne !). Il fallait donc continuer, par fierté (il faut bien le reconnaître), par plaisir (encore un peu à cette heure là) et je dirais même presque par habitude....
C’est à ce moment là que je me suis fait doublé par un concurrent qui se mit aussitôt à marcher après m’avoir dépassé. Il s’agissait du premier de l’épreuve, Pascal Leray (il venait juste de me passer pour la deuxième fois...sans commentaire !) qui terminera avec une marque au-delà de 160 km avec 10 km d’avance sur le second (un extra terrestre !). Mon stand me prévint en direct qu’il s’agissait du premier et je décidais alors de le rattraper. Nous allions alors passer la dernière heure ensemble. Un moment très chouette.


A 14h il était temps de mettre un terme à cette belle aventure que je ne suis pas prêt d’oublier. Je termine 16 eme (sur 74) avec 118 km au compteur et 4200 m de dénivelé. Des rencontres et des images pleins la tête et le cœur. Je termine surtout nourri de toute l’amitié dont vous m’avez témoigné.


Une sélection de photos en cliquant ici

Prochain rendez-vous dimanche prochain pour le Trail du Maquis à Dun (attention il n'y a plus de dossards disponibles). Nous serons nombreux à participer et un départ collectif sera organisé.